Rechercher
  • Aleks Wozniak

Cours de tennis pour les jeunes défavorisés


Aleksandra Wozniak veut leur faire goûter à son sport


Attristée par la perte de motivation de nombreux jeunes durant la pandémie, Aleksandra Wozniak a planché pendant plusieurs mois sur un projet qui pourrait permettre à certains d’entre eux de goûter au sport organisé.


C’est ainsi qu’a été dévoilé cette semaine son programme Futurs As, dont l’objectif est de permettre à des enfants et adolescents de 3 à 17 ans, issus de milieux défavorisés, de goûter au tennis.


« Je suis conférencière depuis que j’ai pris ma retraite. Quand je faisais mes conférences virtuelles dans les écoles, durant la pandémie, j’ai constaté à quel point ils avaient perdu le moral. Les directeurs d’école me racontaient qu’ils avaient de la misère à se concentrer, qu’ils avaient perdu leur joie de vivre », a raconté l’ancienne professionnelle, mardi.


À son académie de tennis située à Bedford, en Estrie, elle accueillera de mai à novembre ces jeunes qui souhaitent jouer au tennis. Tout sera gratuit, explique l’ancienne 21e mondiale, de la raquette à la location du terrain.


Elle les entraînera

Les participants seront dirigés par des entraîneurs certifiés, dont parfois par Wozniak elle-même. Ils pourront venir autant de fois qu’ils le souhaitent par semaine.

« Le sport, ça motive, ça inspire, ça fait du bien, a-t-elle ajouté. Je voulais leur faire découvrir le mien, le tennis, mais en les encadrant. Même moi, quand j’ai commencé, je n’avais pas accès à ça. Je voulais leur fournir des entraîneurs certifiés, qui ont passé des examens, afin de leur faire du bien physiquement et moralement. »

Afin de mener à bien son projet, pour lequel elle n’a pour l’instant aucun partenaire financier, Wozniak a organisé en mai un brunch-causerie avec des personnalités féminines issues de différents milieux, dont la femme d’affaires Danièle Henkel, l’actrice et auteure Ingrid Falaise et, possiblement, la ministre Isabelle Charest.

Toutes les sommes amassées par la vente des billets, qui sont disponibles au coût de 30 $, serviront à offrir ces cliniques de tennis aux jeunes.

Wozniak espère pouvoir trouver des partenaires afin de pouvoir poursuivre ce projet dans les prochaines années. En attendant, elle se réjouit : déjà, le téléphone sonne et les inscriptions rentrent, dit-elle.

« C’est important, ça me tient à cœur, a-t-elle souligné. J’avais envie de faire quelque chose pour faire revivre les jeunes. »


article par:

JESSICA LAPINSKI

Mardi, 8 mars 2022 23:35



0 vue0 commentaire